Mon compte

Mon compte Mon panier
0 Article

Panier(0)

Il n'y a pas d'articles dans votre panier
Taxes incluses 0.00 CHF
Total TTC 0.00 CHF
Pochette en Soie Tibétaine dorée S à A4

Utilisez la molette de la souris pour zoomer ou dézoomer

  • Pochette en Soie Tibétaine dorée S à A4
  • Pochette en Soie Tibétaine dorée S à A4
  • Pochette en Soie Tibétaine dorée S à A4

Pochette en Soie Tibétaine dorée S à A4

14.99 CHF

Précieuse pochette en soie tibétaine dorée et doublée de coton. Le tissu aux motifs fleuris a été soigneusement cousu et une attache permet de le fermer. Cette élégante pochette est utilisée chez les tibétains pour protéger des documents précieux, un livre que l'on apprécie pour voyager ou tout autre objet. Idéale également pour ranger des cartes de jeux d'éveil ou tout autre objet

Dimension:
Qté:

Imprimer

Précieuse pochette en soie tibétaine dorée doublée de coton de couleur rouge.

 

Le tissu aux motifs fleuris a été soigneusement cousu et un lien permet de fermer cette enveloppe réalisée en "Edition limitée".

 

Cette élégante pochette est utilisée chez les tibétains pour protéger des documents précieux, par exemple des photos rares, un livre que l'on apprécie, des cartes de jeux d'éveil ou tout autre objet que l'on transporte souvent avec soi...

 

 

Pour la plupart des Tibétains et des habitants de ces contrées du Toit du Monde, l'objet est une sorte de pont entre le monde matériel et le monde spirituel et le simple fait de regarder et d'utiliser un bel objet est en soi un acte positif et sacré.

Les contrées les plus reculées du Tibet ont, de tout temps, pratiqué le commerce lointain. Une branche de la route de la soie reliait Lhassa à Yarkand, sur le chemin de l'Asie centrale, et une autre le Cachemire à l'Inde par le Ladakh. Relayant ces routes commerciales, des colporteurs passaient de campement en campement, chargés de marchandises légères, et notamment de précieux tissus, des soieries et des brocarts venus de Chine et d'Inde.

Les Tibétains sont très friands de tissus, cotonnades, soieries, et les commerçants cachemiris qui les importaient étaient autrefois les plus riches marchands de Lhassa. Pour permettre aux fabriques tibétaines d'écouler leurs produits, les teinturiers de Lhassa n'étaient jadis autorisés à teindre que les tissus tibétains.