Mon compte

Mon compte Mon panier
0 Article

Panier(0)

Il n'y a pas d'articles dans votre panier
Taxes incluses 0.00 CHF
Total TTC 0.00 CHF
Trompette en os Instrument musique chamanique

Utilisez la molette de la souris pour zoomer ou dézoomer

  • Trompette en os Instrument musique chamanique
  • Instrument Musique Tibétain chamanique en os
  • Trompette bouddhiste tibétain en os
  • Trompette chamanique en os

Kangling Trompette en os - instrument chamanique

147.63 CHF
Disponibilité:
Il n'y a pas assez de produits en stock.
  • Longueur environ 37 cm

La trompette de fémur appelée kangling est une sorte de cor taillé dans un fémur humain, elle produit un son qui réjouit les déités courroucées tout en terrifiant les démons et les esprits malfaisants. Cet instrument, représentant la sagesse, est l'attribut de nombreux yogis, yoginis et de sages, notamment ceux qui fréquentent les charniers...

Qté:


Imprimer

Les chamanes et les nagpas tibétains utilisent la trompette de fémur humain lors des rituels d'exorcisme ou de maîtrise du temps. En tant qu'attribut manuel, l'instrument n'est arboré que par un faible nombre de déités principales, dont Mahakala rouge au kangling et la déesse courroucée Thröma Nagmo lorsqu'elle est la protectrice des charniers dans les rituels de chöd. La possession de cet instrument signifie essentiellement la maîtrise des trois mondes.

 

Les tantras affirment que le fémur gauche d'une brahmane de seize ans est l'os humain le plus approprié au contrôle des esprits désincarnés et des esprits élémentaux. Viennent ensuite, et par ordre d'efficacité décroissante, le fémur d'une personne victime de meurtre, le fémur d'une personne tuée à l'arme blanche ou morte par accident et, enfin, le fémur d'un patient ayant succombé à une maladie virulente ou contagieuse. Le fémur d'un humain mort de vieillesse ou de cause naturelle est impuissant à subjuguer les esprits malfaisants, à l'opposé du fémur de tigre, réputé incarner toute la puissance de cet animal féroce.

 

Pour fabriquer cette trompette, il suffisait de découper à la scie une partie des sommités arrondies à l'une des extrémités du fémur afin de créer une trompe, simple ou double, selon le cas; après avoir scié l'autre extrémité, la plus mince, perpendiculairement à la diaphyse, on l'entourait d'un fil de cuivre ou on la sertissait dans une virole métallique pour former l'embouchure.

 

Dans les monastères, il était courant de remplacer la trompette de fémur par un cor de cuivre d'une forme approchante.

Fiche technique

Longueur
environ 37 cm

Les personnes ont également acheté :